PLANTS DE MYRTILLES

MYRTILLIERS BIO : PLANTS DE MYRTILLES

Variétés et prix

Prix unitaire HT selon la quantité

Période de livraison

Début des livraisons
Période de livraison
Semaine 48
Novembre – Mars

Plantation des myrtilliers

Sol et terre

Les plants ont peu de racines. Il est donc important d’éviter les sols trop argileux.

De même, le sol doit être frais. Si on trouve de l’eau stagnante ce ne sera pas un bon emplacement, car le sol doit être bien drainant.

Une analyse du sol sera essentiel pour déterminer les caractéristiques chimiques de la terre et corriger celles-ci en cas de problème.

On peut citer le fait que les myrtilliers ont un fort besoin en azote (ammonitrate) ce qui les rend gourmands en terre de bruyère.

Les plants de myrtilles ont besoin d’acidité dans le sol pour se développer correctement (pH entre 4,2 et 5,5).

Exposition et altitude

Le myrtillier aime être à l’abri des forte chaleur même s’il a besoin de lumière pour s’épanouir.

🌱 L’idéal est donc de planter dans un endroit à mi-ombre avec ensoleillement léger.

Le lieu géographique de la parcelle va jouer sur la maturité des fruits. De même, on va privilégier une altitude entre 400 m et 1000 m.

Quelle variété de myrtillier bio choisir ?

La variété de myrtillier Ivanhoé est intéressante pour la culture.

Autofertile, elle produit de belles myrtilles bleutées. Avec sa hauteur d’environ 1,5m, il est également facile à récolter.

Parmi les autres variétés de myrtillier, on peut citer : Darrow (variété tardive) Bluetta, Bluecrop ou encore Jersey.

Préparation du sol et fumure

L’analyse du sol révélera le type de préparation que vous aurez à faire.

La fertilisation organique est ensuite à effectuer par apport de fumier bovin décomposé (compter entre 6 et 10 l par m²).

Il faudra éviter les nitrates qui peuvent tuer le myrtillier rapidement. L’azote doit donc être apporté sous forme ammoniacale.

Avant la plantation, il faudra bien préparer le sol pour que le drainage s’effectue correctement.

Plantation des myrtilliers

La plantation des plants peut-être faite à partir de l’automne. On la réalise habituellement entre novembre et mars.

L’arbuste peut mesurer jusqu’à 1,5 mètres, on va donc espacer les plants de 1,5 mètres minimum. Comptez aussi 3 mètres d’écart entre chaque rang.

Comment planter les myrtilliers ? C’est assez simple : faites un trou dans la terre de 30 cm en hauteur, largeur et profondeur. Placez du fumier composté au fond et plantez en plaçant le collet enterré à 1 cm.

Rendement et gains

Le rendement moyen est d’environ 8 à 9 tonnes de myrtilles par hectare (2000 pieds).

💶 Avec un prix au kilo brut estimé à 15€, on arrive à une marge brute d’environ 100 000€ par hectare. (pour un CA de 120 000 euros environ pour 8 tonnes)

Entretien, récolte et irrigation

Irrigation et eau

Les racines du myrtillier sont surtout basées à 40 cm de profondeur.

On privilégie une irrigation au goutte-a-goutte pour subvenir aux besoins en eau de la plante.

💦 La qualité de l’eau est essentielle au bon développement du myrtillier. Ainsi, une analyse de l’eau peut s’avérer nécessaire si vous constatez des problèmes de croissance.

Taille des myrtilliers

Le myrtillier sera conduit en buisson d’environ 5 à 6 branches. Il faut le tailler en mars-avril.

La taille doit être effectuée en gardant à l’esprit que les fruits ne sont produits que sur le bois de 2 ans. De plus, une branche ne produit des myrtilles que 3 ou 4 ans.

On préfère donc tailler les branches de plus de 3 ans.

Récolte des myrtilles bio

On récolte les myrtilles manuellement lors de la 3e année de vie du myrtillier à partir de la mi-juillet jusqu’en septembre en fonction de la maturité des fruits.

Au bout de la 5e année, le plant est à sa production maximale qu’il maintiendra jusqu’en fin de vie.

La récolte peut s’effectuer sur un ou deux jours.

Informations complémentaires

Combien de temps vit un myrtillier ?

L’espérance de vie d’un myrtillier est d’environ 25 ans.

Mais, si le plant est bien entretenu toute sa vie, il pourra tenir facilement au-delà des 30 ans tout en continuant à produire généreusement des myrtilles.

Que faire si le myrtillier devient pâle ?

Il peut s’agir d’un problème de pH du sol.

Lorsque le pH est trop important, cela peut engendrer la chlorose ferrique. Il faut donc faire des analyses pour vérifier qu’il s’agit bien d’un problème d’acidité et le régler.

Les notions de base à propos de la culture de la myrtille

Le nom scientifique de la myrtille est Vaccinium sp. appartenant à la famille des Ericaceae. Les myrtilliers sont des arbustes érigés ou rampants, de hauteur variable selon les espèces (0,3 à 7,0 m), à feuilles alternées, caduques ou vivaces, d’une grande longévité, pouvant dépasser 50 ans dans de nombreux cas.

Racine : le système racinaire est superficiel, avec 80% de celui-ci présent dans les 40 premiers cm. Le myrtillier a de fines racines fibreuses qui sont caractérisées par l’absence de poils absorbants. Entre les racines et la partie aérienne se trouve la couronne, qui a la capacité d’émettre des pousses. Les racines sont sensibles aux inondations dans les sols lourds.

Feuilles : alternes, courtes, pédiculées, de forme elliptique-lanceolée d’environ 5 cm de long, caduques, verte pâle à très intense selon les cultivars, légèrement dentées et finement nerveuses sur la face inférieure. Elles acquièrent une coloration rougeâtre à l’automne.

Fleurs : Axillaires ou terminales, en grappes de 6 à 10 à chaque bourgeon, sépales persistants, corolle évasée blanche aux tonalités roses dans certains cultivars, formée de 4-5 pétales soudés, 8 à 10 étamines avec ou sans anthères, prolongée en tubes terminaux avec une ouverture au sommet, un simple pistil. Le nombre de bourgeons floraux qui peuvent se développer sur une branche d’un myrtillier semble être lié à l’épaisseur de la branche, au cultivar.

Fruit : C’est une baie sphérique de 1 à 3 cm de diamètre, d’un poids de 0,5 à 4,0 g et contenant plusieurs graines, 20 à 100 graines, dont le nombre est lié au calibre du fruit. Les myrtilles, au fur et à mesure qu’elles mûrissent, passent par différents degrés de couleur, acquérant la teinte bleue caractéristique à la fin de la maturation. En même temps, l’épiderme de la myrtille est recouvert de sécrétions cireuses, ce qui lui donne une très belle finition.

Les fruits les plus proches des branches sont plus gros que les branches distales, et leur taille a également été liée à la vigueur de la branche, c’est-à-dire que les branches plus vigoureuses produisent généralement des myrtilles plus grosses.

De plus, les premiers fruits mûrs d’un cultivar sont souvent plus gros que ceux récoltés plus tard. Deux caractéristiques commercialement pertinentes du fruit sont : la cicatrice qui subsiste lorsque le pédoncule est détaché, qui doit être petite et sèche afin d’empêcher l’action des agents pathogènes, et la fermeté, qui est étroitement liée à l’épaisseur de l’épiderme.