PLANTS DE MÛRES

Plants de Mûriers Biologiques

Variétés et prix

Prix unitaire HT, selon la quantité

Commander vos Mûriers Bio

Informations sur les Plants de Mûres

Fiche technique : Le mûrier

Le mûrier (Morus) est un genre de plantes de la famille des Moraceae, cousin des framboisiers, comprenant 17 espèces. Il se distingue par des fruits noirs en général plus fermes et produits en fin d’été. Cet arbuste grimpant mesure entre 1,5 et 3m.

La meilleure période pour planter des mûriers sont les mois de mars et d’avril. Cependant, La ronce fruitière peut se planter de l’automne au printemps hors périodes de gel, c’est-à-dire de novembre à mars.

Le mûrier apprécie un sol léger mais supporte même une terre argileuse, l’important est qu’il soit assez frais afin de donner les plus grosses mûres possibles. Il aime être à l’abri du vent et se plaît au soleil comme à l’ombre.

Il est déconseillé de planter les mûriers après une culture de pommes de terre, de tomates, d’aubergines ou de piments. Évitez aussi la proximité des framboisiers qui abritent les mêmes ravageurs. Les mûriers généralement très tenaces avec une température minimale acceptée comprise entre -10°C et -25°C.

Vous recevez votre plant en godet de 9cm que vous placez dans un seau d’eau afin d’hydrater les racines. Ensuite, creusez un trou d’environ 4 fois le volume de la motte. Placez-la dans le trou à hauteur du sol, puis comblez les vides. Pour y parvenir, utilisez de la terre classique que vous mélangerez avec du sable et du terreau. Prévoyez dans la mesure du possible des rangs orientés nord-sud afin de leur faire profiter de l’ensoleillement sur les deux faces, avec un espacement de 2m par pied.

Pour stimuler la croissance, il vous suffit d’ajouter tout type de compost/engrais. Tassez et arrosez abondement. Les variétés de mûriers dressés ont généralement besoin de tuteurs, à l’inverse des variétés sarmenteuses.

Si l’été est sec, arrosez abondamment, notamment la première année, et pensez paillez le sol. Chaque automne, appliquez une couche de compost au pied des plants. Les fruits se formant sur les rameaux secondaires des tiges ayant poussé l’année d’avant, coupez-les à leur base après la récolte car ils ne donneront plus de fruits.

Ils sont remplacés par les rejets sortant de terre. Palissez-les au fur et à mesure de leur croissance. Pour les variétés dites sarmenteuses, il est plus simple que toutes les tiges soient du même côté d’avoir du même côté les tiges en production et de l’autre les jeunes qui auront des fruits l’an suivant. Il est préconisé de conserver 5 rameaux fructifères et 5 rameaux de remplacement.

Les mûriers sont rarement malades, en revanche ils attirent toute une faune utile au jardin.

Les mûres doivent être cueillies bien noires, elles sont alors sucrées et acidulées, avec le plus de jus.  Les fruits sont à maturité lorsqu’ils se détachent aisément de la plante. Les fruits peuvent être blancs, noirs ou encore rose avec des baies plus ou moins grosses. Certains battent tous les records, comme la variété « Triple Crown » qui offre les plus gros fruits !

Le mûrier, une fois mature, a tendance forte à drageonner et marcotter, il est donc simple de séparer des drageons, des marcottes ou alors de diviser la touffe pour les variétés peu drageonnantes, à l’automne uniquement. Pour se faire :

  • A la bêche, partagez les drageons ayant 10 à 20cm de rhizome.
  • Extrayez la souche entière et sectionner là en 2 à 4 éclats comportant les tiges les plus fortes.
  • Arrosez abondamment puis étalez le paillis.

Une autre solution s’offre à vous : vous pouvez aussi mettre des boutures à raciner dans de l’eau ou directement en terre.