PLANTS DE GOJIS

PLANTS DE GOJIS BIO : LYCIUM BARBARUM


Prix unitaire HT selon la quantité

Exemple : Pour l’achat de 100 plants Goji barbarum biologiques, le prix sera de 2,24€ HT par plant. Soit un total de 224,00€ HT.

Introduction à la baie de Goji

Les notions de base à propos de la baie de Goji : taxonomie et morphologie.

La baie de Goji (ou baie du lyciet) est un fruit issu d’une plante appartenant à la famille des Solanacées, à laquelle appartiennent également les cultures de tomates et de pommes de terre, et au genre Lycium. Sur les 70 espèces de ce genre, seulement deux sont utilisées pour la production de baies de goji, L. barbarum et L. chinense P. Mill.
Le goji est un arbuste vivace à tige érigée ou grimpante, ligneuse et épineuse dans certaines variétés. Le nombre et la taille des épines varient selon les variétés. Cet arbuste peut atteindre jusqu’à 3 mètres de hauteur, et entre les deux espèces de goji mentionnées ci-dessus, L. barbarum est celui qui atteint les hauteurs les plus élevées. Les feuilles de L. barbarum sont lancéolées (oblongues), glabres et sans tache. En effet les feuilles du goji mesurent environ 8 cm de long, 3,5 cm de large et 0,1 mm d’épaisseur, et sont plus intensément colorées sur leur face supérieure que sur leur face inférieure. Les fleurs sont botaniquement caractérisées comme étant hermaphrodites, car elles possèdent les organes féminins et masculins dans la même fleur et sont également autofertiles. Les fleurs poussent en solitaires ou en inflorescences de 2 à 3 fleurs, dans les aisselles des feuilles. Le calice de la fleur est bilobé et la corolle est effilée avec 5 bords lobés. Les fruits, mieux connus sous le nom de baies de goji, sont charnus, d’environ 2 à 4 cm de long, de couleur rouge, et bien qu’ils n’aient ni odeur ni parfum, ils ont un goût très doux. Ces petits fruits contiennent environ 8 à 20 graines dont la forme ressemble à des disques plats de 1 à 2 mm de diamètre.

D’où viennent les baies de Goji ?

Le genre Lycium, auquel appartiennent les baies de goji, compte environ 70 espèces qui poussent dans plusieurs régions du monde, des zones tempérées aux zones subtropicales, notamment en Amérique du Nord, Amérique du Sud, Eurasie, Afrique du Sud-Est et Australie. Les espèces L. chinense P. Mill et L. barbarum L., d’où sont issues les baies de goji, sont originaires de Mongolie, Chine, Japon, Corée et Taiwan. La culture des baies de goji n’est pas encore largement exploitée au niveau commercial dans le monde, malgré l’intérêt qu’elle a suscité récemment auprès de certains groupes de consommateurs. En fait, on ne dispose pas de beaucoup d’informations sur sa production mondiale, mais le plus grand producteur de cette culture émergente est la Chine, dont la production annuelle dépasse 5 000 tonnes, la province de Ningxia étant la première région productrice.


Quelles les variétés les plus récentes ?

Les variétés de baies de goji se distinguent principalement par le fait qu’elles sont diploïdes et triploïdes et se distinguent les unes des autres par le début et la fin de certaines des phases phénologiques. Les variétés triploïdes sont plus vigoureuses que les variétés diploïdes. De nouvelles variétés, telles que Ningqi 6 et Ningqi 8, sont maintenant apparues, qui sont plus vigoureuses et productives que les variétés traditionnelles et produisent des fruits de plus grande taille avec des graines plus petites et de meilleure qualité. La variété la plus cultivée dans le monde est Ninxia 1, qui occupe environ 80% de la surface des baies de goji du Ningxia. Cependant, de nouvelles variétés qui produisent des fruits plus gros et sont plus productives font leur apparition, comme Ninxia 3, et d’autres dont les graines sont comestibles, comme Ninxia 4.

L’avant plantation des arbres à Goji (exigences du sol et exigences climatiques)

Quelles sont les conditions climatiques adéquates pour cultiver le goji ?

La plante de goji se caractérise par sa grande résistance aux différents types de climat, et survit dans des conditions de froid extrême et de chaleur élevée. Toutefois, il s’agit d’une culture qui préfère les climats tempérés aux climats subtropicaux et il faut donc s’attendre à ce que la production dans les zones où les conditions de croissance sont moins favorables limite le développement du potentiel productif maximal et la qualité des baies de goji par rapport aux zones où les conditions pédologiques et climatiques sont les meilleures. Dans les régions avec des étés chauds et secs, comme le Portugal, la qualité des fruits est améliorée, alors que dans les régions avec des étés humides, elle peut être compromise. Pour une croissance et une qualité optimale des baies de goji, il faut environ 1640 heures d’ensoleillement et une température accumulée annuelle de 3450°C. Le Ningxia (Chine) est considéré comme la région optimale pour l’exploitation de cette culture en raison du contraste entre des hivers longs et rigoureux et des étés chauds, avec beaucoup de soleil et de faibles précipitations. Les facteurs climatiques les plus importants dans cette culture et qui influencent le plus son adaptation et sa productivité sont la température, les précipitations et l’exposition au soleil.

Quels types de température et d’ensoleillement pour le bon développement des baies de gojis ?

La culture des baies de goji, comme nous l’avons déjà mentionné, est très résistante aux températures élevées comme aux températures froides, supportant des températures de -23°C à 40°C. Cependant, cette résistance élevée ne signifie pas qu’il n’y a pas de dommages dans des conditions de températures extrêmes. Par exemple, dans le Ningxia (Chine), la plus grande région productrice de baies de goji au monde, des conditions hivernales difficiles avec beaucoup de neige a fait parfois subir des dégâts à la culture. En supposant que la région du Ningxia présente les conditions optimales pour la culture des baies de Goji, on peut considérer que les températures annuelles de cette culture se situent entre 9 °C et 24 °C, avec une plage de températures journalières moyennes de 12 à 15 °C.
L’exposition solaire est l’une des conditions requises la plus importante à considérer avant de mettre en œuvre la culture de des baies de goji. Il existe plusieurs études qui soutiennent que la culture a besoin de longues heures d’exposition au soleil. C’est certainement le facteur climatique qui joue le plus dans la qualité finale du fruit, puisqu’il favorise l’augmentation de la teneur en solides solubles dans les baies.

Quels sont le besoins pluviométriques à la culture des baies de Goji ?

Bien que la culture des baies de goji soit résistante à la sécheresse, les besoins en eau de la culture doivent être satisfaits. Dans les sols argileux, les besoins en eau de la culture sont estimés à environ 25 mm par semaine.
La culture des baies de Goji a besoin de précipitations cumulées annuelles de 170 à 190 mm, mais une forte présence de pluie au cours de la phase de maturation du fruit peut endommager les baies de goji, et peut compromettre la récolte.

Quel type de sol pour les arbres Goji ?

La plante de goji est une culture qui préfère les sols sableux, meubles, et avec un pH alcalin compris entre 7 et 8, bien que l’arbre Goji peut résister à des sols dont le pH peut atteindre 6,5. Les sols doivent être fertiles et bien drainés, puisque la culture ne réagit pas bien aux sols dont les racines sont constamment humides.

Le choix de la parcelle doit tenir compte des besoins du sol et du climat. Comme nous l’avons dit plus haut, la culture pousse mieux sur des sols sableux limoneux, sans engorgement prolongé, et le sol doit avoir une bonne capacité de drainage, car la plante n’est pas très tolérante à l’engorgement. La priorité doit être donnée aux parcelles de terrain très ensoleillées situées dans des zones plus élevées et plus aérées, afin d’éviter le gel qui se produit normalement dans les zones inférieures des vallées où l’air froid s’accumule.

Comment préparer le sol avant la plantation des arbres Goji ?

Avant de planter la culture, le sol doit être défriché et nivelé. Si nécessaire, un système de drainage devrait également être installé pour éviter le trempage du sol. Il doit également y avoir des voies de circulation des machines à l’intérieur de l’exploitation. Selon les caractéristiques du sol, il peut être nécessaire d’installer la culture en billons, ce qui augmente le volume de sol exploitable par les racines et réduit également l’humidité dans la zone racinaire. Des analyses du sol doivent être effectuées en temps utile pour déterminer si des corrections du pH sont nécessaires et pour procéder à une fertilisation de fond afin d’augmenter la teneur en matière organique et d’apporter ainsi aux plantes les nutriments nécessaires.


Quelle durée de vie pour un arbre Goji ?


Le cycle biologique de la culture de la baie de goji, comme pour les autres cultures, va du semis et de la germination des pousses à la sénescence et à la mort des plantes, qui, dans les zones où les conditions pédologiques et climatiques sont les meilleures, peuvent durer 100 ans après la plantation. Cependant, 30 ans après la plantation, il y a eu une baisse de la productivité de la plante, et il est conseillé dans les exploitations commerciales de renouveler le verger entre 25 et 30 ans après la plantation de la culture.

baie de Goji biologique a donc, de toute évidence, un avenir radieux.

La plantation des arbres Goji

Quand et comment planter les arbres Goji ?

La plantation de la culture de baies de goji doit se faire au printemps, quand il n’y a pas de risque de dommages par la glace ou le gel. La plantation doit être effectuée en utilisant les pousses obtenues par multiplication de semences en pépinière ou par plantation de boutures déjà enracinées. Les végétaux doivent provenir de pépinières certifiées exemptes de virus et de maladies.
La plantation doit se faire dans des trous de deux fois la taille des racines afin de favoriser l’enracinement des plantes. Celles-ci doivent être plantées à 3 cm de profondeur dans le sol. Après la plantation, le sol doit être arrosé pour favoriser la croissance des racines, mais l’irrigation ne doit pas être excessive afin d’éviter d’endommager le système racinaire.


Combien de plants de Goji par hectare ?


La culture des baies de goji doit être plantée, dans la mesure du possible, avec les rangées orientées du nord au sud, afin que les plantes reçoivent le maximum d’ensoleillement quotidien possible. L’espacement habituel de cette culture dans le Ningxia est de 1,5 m entre les rangs et de 1 m entre les plants, mais l’espacement recommandé est actuellement d’environ 3 m entre les rangs et 1 m entre les rangs, ce qui donne des densités de plantation d’environ 3 333 plants par hectare.


Comment se passe le cycle biologique de l’arbre à Goji ?

Le cycle de vie de la culture des baies de goji commence avec la croissance des semis destinés à la plantation. Cette étape commence par la germination des graines ou la croissance des racines des boutures, jusqu’au premier stade de floraison. Pendant cette phase, la croissance végétative des plantes a lieu, qui est la phase la plus rapide. La deuxième phase se caractérise par une croissance rapide des racines et de la couronne et constitue le moment le plus favorable pour planter la culture sur la parcelle. Pour les boutures, cette phase s’étend de la première floraison à la première grande production fruitière, qui a lieu vers la 4ème année. Tandis que dans les plantes propagées par les graines, cette phase se produit entre la 2ème et la 5ème année de vie des arbres à Goji. Vient ensuite la période de fructification, au cours de laquelle se produit la croissance végétative et reproductive de la culture. C’est au cours de cette période, de la 4ème à la 30ème année après la plantation, que les plantes Goji se renforcent et atteignent des niveaux élevés de productivité, préservés seulement si les besoins en eau et en nutriments de la culture sont satisfaits. Cette troisième phase peut être divisée en trois périodes différentes, selon la période qui suit la plantation. La première période commence la 4ème année après la plantation et se termine vers la 10ème année. Cette période est caractérisée par une fructification précoce, une croissance végétative vigoureuse et une croissance des racines. La deuxième période, de la 10ème à la 20ème année après la plantation, se distingue de la précédente par la diminution de la croissance végétative et racinaire. Pendant la troisième et dernière période, qui se situe entre la 20ème et la 30ème année après la plantation, la croissance végétative est insignifiante, commençant à ce stade le processus de vieillissement et de mort de certaines branches. Entre la 30ème et la 50ème année de vie de la culture, l’étape finale de la fructification a lieu. Pendant cette phase, la croissance des plantes Goji diminue, ainsi que leur capacité de résistance fruits, qui commencent à s’estomper sérieusement.

Quand a lieu la floraison des arbres à Goji ?

Les bourgeons floraux apparaissent lorsque les températures atteignent 15°C. La floraison a lieu entre les mois d’avril/mai à août/septembre et s’étend dans certains cas jusqu’à fin Octobre, pour autant que les conditions climatiques le permettent. Comme mentionné précédemment, les fleurs des baies de goji sont autofertiles, c’est pourquoi il n’est pas nécessaire d’avoir la présence d’agents de pollinisation pour que la fertilisation des fleurs et leur fructification se produise.

 
À partir de quelle année l’arbre à Goji atteint son maximum de production ?

Le début de la production de baies de goji apparaît au cours de la deuxième année et atteint son maximum de productivité entre la 4e et la 5e année après la plantation, ce qui se traduit par une productivité constante pendant environ 20 à 30 ans après la plantation.


Quelles sont les étapes de croissance de la baie de Goji ?


Pendant le développement de la baie de Goji, On peut distinguer trois phases différentes de croissance :

  • La première phase s’étend de la floraison jusqu’au 8ème jour environ, caractérisé par une expansion rapide du fruit.

  • La deuxième phase, qui s’étend du 8ème au 24ème jour après la floraison et au cours de laquelle le taux de croissance du fruit diminue, est caractérisée comme la phase de croissance lente du fruit.

  • La dernière phase de croissance, qui commence environ 24 jours après la floraison et se termine lorsque le fruit est complètement mûr environ 34 jours après la floraison, est caractérisée par une croissance rapide du volume et du poids des baies de goji et leur maturation. La croissance et le développement des graines sont similaires à ceux du fruit et se déroulent en trois phases distinctes, qui coïncident avec celles décrites ci-dessus pour la croissance des fruits. Au cours de la première étape, le développement des semences est rapide. Dans la deuxième phase, comme dans le fruit, la vitesse de développement des graines diminue, et pendant cette phase l’embryon est différencié.

 

Des technologies de production spécifiques pour la culture du Goji ?

Les baies de goji étant une culture émergente presque partout dans le monde, il n’existe encore aucune connaissance généralisée des différentes technologies de production qui permettent d’anticiper ou de retarder la récolte en fonction des besoins du marché. Cependant, dans le Ningxia, la production de baies de goji en serre commence déjà à apparaître, ce qui permet aux producteurs d’obtenir ce fruit en dehors de la saison normale. Bien que l’information sur cette technologie de production soit rare, on sait que les serres sont équipées de systèmes de contrôle de la température qui stimulent la croissance ou favorisent la dormance des plantes, ainsi que l’éclairage et d’autres caractéristiques qui améliorent l’efficacité des cultures dans ces conditions. En Espagne aussi, des tentatives ont été faites pour produire des baies de goji en hydroponie, bien qu’il n’y ait pas eu de trace de l’efficacité de cette technologie de production dans le temps.

Comment reproduire, multiplier les plants de Goji ?

La culture des baies de goji peut se propager par voie séminale (reproduction sexuée), ou par reproduction asexuée : multiplication par bouturage. Lors de la multiplication des graines, les graines sont enlevées du fruit et placées dans des pépinières. Elles sont recouvertes d’un cm de terre, qui doit rester humide. Dans des conditions optimales de germination des graines, la germination des graines a lieu environ dix jours après le semis. Parmi les méthodes présentées, la multiplication par bouturage est la méthode préférée, avec un certain nombre d’avantages par rapport à la production de plantules à partir de semences. D’une part, elle permet de maintenir l’uniformité de la zone de production, avec des avantages en termes de définition et de mise en œuvre des pratiques culturales dans la plantation. D’autre part, cette technique permet de s’assurer que les caractéristiques de la plante mère sont maintenues. Actuellement, il existe deux méthodes pour obtenir des boutures, l’une au moyen de branches lignifiées d’un diamètre d’environ 0,4 à 0,6 cm, qui doivent être enlevées 15 à 20 cm de longueur avant le début de la pousse, et l’autre au moyen de branches semi-lignifiées coupées en sections de 8 à 10 cm, dont les feuilles doivent être coupées. Une fois les boutures obtenues, elles doivent être enracinées avant la plantation.

L’entretien des arbres Goji

Quel apport d’engrais pour l’arbre à Goji ? Quels sont les besoins nutritionnels des baies de Goji ?

Les nutriments qui jouent le rôle le plus important dans la culture des baies de goji sont l’azote, le phosphore et le potassium. L’azote est le principal responsable de la croissance et du développement de la plante et est le nutriment le plus important de cette culture. Selon Demchak (2017), les quantités annuelles recommandées d’azote pour une plantation de baies de goji arrivée à maturité sont de 35 à 50 kg/ha, appliquées pendant la dormance des bourgeons, la floraison et la maturation précoce des fruits. Le phosphore joue un rôle important dans le métabolisme des plantes, surtout pendant la floraison et la fructification. Ce nutriment est essentiel pendant les phases de différenciation florale et de croissance des baies. En plus d’influencer le métabolisme des plantes, le phosphore influence également la croissance des branches et des feuilles et favorise l’absorption d’autres nutriments par les racines.
La carence en phosphore a pour principales conséquences de réduire la taille du tronc et des branches, de diminuer ou de stagner la croissance des nouveaux bourgeons, de faire tomber les fleurs et les fruits, et d’obtenir une maturité incomplète du fruit. Le potassium augmente la quantité et la taille des branches, des fleurs et des fruits dans la culture des baies de goji. Ce nutriment favorise également l’accumulation des sucres, la maturation des tissus, la qualité des baies et la résistance des plantes Goji aux conditions extrêmes de sécheresse et de froid. Étant donné que la plante Goji n’absorbe qu’une petite partie du potassium disponible dans le sol et que le besoin de cet élément nutritif augmente pendant les phases de croissance des feuilles et de développement des baies, son application doit tenir compte de la quantité disponible de cet élément dans le sol. Une carence en potassium dans cette culture entraîne la production de fruits moins lourds et moins aplatis, une chute précoce des feuilles et une capacité réduite des plantes à résister à la sécheresse et au froid. La culture des baies de goji a de plus grands besoins de fertilisation pendant la germination, la floraison et la maturation du fruit. Cependant, la surfertilisation peut entraîner une augmentation de la croissance végétative de la plante qui, en raison de l’ombrage accru des fruits, entraînera une diminution de la qualité des baies et une diminution de la productivité des cultures.

 

Quel modèle d’irrigation et quelle quantité d’eau pour la culture des baies de Goji ?

Comme mentionné ci-dessus, la culture de baies de goji nécessite en moyenne 25 mm d’eau par semaine. Si ce besoin n’est pas satisfait par les pluies locales, il faut utiliser un système d’irrigation. Ainsi, l’irrigation goutte à goutte est la méthode d’irrigation la plus efficace, car elle réduit également les mauvaises herbes de la culture. Le manque d’irrigation ou la présence de fluctuations extrêmes de l’humidité du sol entraînent l’apparition de carences en calcium localisées dans le fruit, appelées nécrose apicale. D’autre part, une irrigation excessive pendant la phase de maturation du fruit entraîne une réduction de la teneur en solides solubles dans le fruit, ce qui est un paramètre important pour la qualité du fruit.

Le système d’irrigation doit assurer que l’humidité soit uniforme sur toute la ligne, notamment d’avril à septembre. Il est recommandé d’utiliser des sondes pour contrôler les niveaux d’humidité. Cela garantira une bonne productivité.

 

Tailler les pieds de Goji ?

Pendant les premières années de la culture, il est nécessaire d’effectuer une taille de formation dont l’objectif principal est de guider les plantes de manière à faciliter les opérations de culture, augmenter la circulation de l’air et l’exposition au soleil des feuilles, fleurs et fruits, conditions qui favorisent la qualité des baies et l’état phytosanitaire des plantes Goji. Dans les années restantes de la vie de la culture, puisque la floraison et la fructification n’ont lieu que sur les nouvelles branches, la taille annuelle est nécessaire pour assurer la production annuelle de fleurs et de fruits.
Il existe actuellement deux méthodes de culture de la baie de goji : le tuteurage en forme de fuseau, principalement utilisé en Italie, et le tuteurage en forme de parapluie, utilisé aux États-Unis d’Amérique.
La conduction en forme de fuseau est ainsi appelée parce qu’elle est composée de niveaux de 4 ou 5 branches disposées autour du tronc, afin d’obtenir un diamètre d’environ 0,4 à 0,5 mètre. Le premier niveau doit se trouver à environ 0,8 à 1 m du sol, afin que la floraison et la fructification ne se produisent pas trop près du sol, ce qui pourrait endommager l’état phytosanitaire des baies de Goji. La distance entre les niveaux doit être comprise entre 0,5 et 0,8 m et la plante ne doit pas dépasser 2,5 à 3 m de hauteur. Puisque c’est dans les branches secondaires que se formeront les branches productives, le choix des branches qui forment ces niveaux est très important et il faut choisir des branches vigoureuses et saines, qui favoriseront la productivité et la qualité des baies.

Une autre méthode de culture des baies de goji est la méthode Umbrella (parapluie), appelée ainsi, puisque la forme finale de l’arbuste ressemble à un parapluie. Ce type de conduction forme un tronc, généré au cours de la deuxième année, à une hauteur de 1 à 1,5m. Au début du printemps, lorsque la croissance végétative commence, les pousses les plus vigoureuses devraient être sélectionnées et les troncs seront alors formés. Pendant la première année de la culture, la priorité doit être donnée à la croissance végétative de la plante, de sorte que la première branche principale se trouve entre 0,8 et 1 m du sol. Cela peut se faire à un ou deux niveaux, selon la croissance des plantes Goji. La hauteur finale des plantes ne doit pas dépasser 1,5 à 2 m. Au printemps et en été, la culture doit être entretenue en éliminant les pousses qui poussent le long du tronc et les bourgeons qui poussent à la base des branches principales ou sur le tronc à un angle supérieur à 45° et à une hauteur inférieure à 80 cm. Dans la figure suivante, il est possible d’observer une plante de baies de goji de 5 ans conduite en Umbrella.

En plus des types de conduction décrits ci-dessus, la culture peut également être conduite sous forme d’arbuste libre, mais cette forme de conduction rend difficile l’entretien de la culture et réduit l’exposition au soleil et la circulation de l’air à l’intérieur des plantes Goji, ce qui peut entraîner une diminution de la qualité des baies et une augmentation des problèmes phytosanitaires, nécessitant une meilleure lutte contre les parasites et les maladies qui peuvent affecter la culture. L’élagage d’entretien pendant l’hiver consiste en l’élimination des branches qui ont produit des fruits malades, faibles ou endommagés, ce qui, en plus de favoriser la fructification au printemps suivant, augmente la circulation de l’air et l’exposition au soleil, contribuant à la fois à la santé des cultures et à la qualité des baies de Goji. Cette opération culturale facilite également d’autres opérations culturales, telles que la récolte et le contrôle phytosanitaire des plantes.

Quels sont les ravageurs et maladies de l’arbre Goji ?

Comme la culture des baies de goji est une culture émergente dans notre pays, il n’y a pas encore beaucoup d’informations sur l’incidence des ravageurs et des maladies affectant cette culture. Toutefois, le contrôle phytosanitaire des cultures ne doit pas être négligé et des contrôles périodiques de la présence de ravageurs et de maladies dans la culture sont recommandés. Dans notre pays, en termes de maladies, nous pouvons indiquer la présence de l’oïdium, et en termes de ravageurs, l’attaque des pucerons.

Les ravageurs et les maladies se produisent principalement en période de croissance rapide et de nouvelles pousses. Il y a des attaques d’acariens rouges, d’escargots, de limaces et de sauterelles. Les fruits sont très attrayants pour les fourmis et les merles.

La récolte des baies de Goji

Quand récolter les baies de Goji ?

Les baies de Goji sont récoltées environ 35 jours après la floraison, lorsque les baies ont la couleur désirée. La récolte doit se faire baie par baie, à la main, en prenant soin de ne pas abîmer les baies, car lorsqu’elles sont endommagées, elles deviennent noires et ne peuvent plus être vendues. La culture fruitière entre en production deux ans après la plantation et atteint son pic de productivité 4 à 5 ans après la plantation.

 

Quelle productivité/rentabilité pour les arbres Goji ?

Selon les variétés, les rendements attendus sont de 1 à 3 kg par plante et peuvent même atteindre des valeurs comprises entre 6 et 8 kg en croisière. La floraison s’étalant sur plusieurs semaines, la récolte dure aussi longtemps. En Italie, par exemple, les baies de goji sont récoltées de début juin à fin octobre et sont récoltées entre 1 et 2 fois par semaine.

 

Commercialiser les baies de Goji ? Les conserver ?

L’importance se place surtout sur la conservation de la chaîne du froid de la récolte jusqu’à la vente. Cependant, la vente à l’état frais représente à peine 2% de la vente de baies de Goji dans le monde. La plupart sont vendus séchées, ce qui démultiplie son temps de conservation.

 

Vente de baies de Goji fraiches dans des barquettes plastique 100g avec couvercle refermable

Sécher les baies de Goji ?

Pour ce qui est du séchage des baies de Goji, il y a, en France, deux étiquetages différents :

– DLC (Date Limite de Conservation)

– DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale).

Dans le cas de la baie de Goji, sa DLC est de 17 mois après la récolte et sa DLUO de 11 mois.

Pour que les baies sèchent, un procédé industrialisé est utilisé, mais il y a plusieurs façons de les faire sécher à la maison (vous pouvez les sécher au soleil, au four ou à l’aide d’un déshydrateur).

 

Quelle place pour l’agriculture biologique des baies de goji ?

Les questions liées à la préservation de l’environnement, au maintien de la biodiversité, à la durabilité dans l’utilisation des ressources naturelles et à la responsabilité sociale, stimulées par la sensibilisation et la demande des consommateurs, ont été les principaux moteurs de la croissance de l’agriculture biologique et de la production intégrée. En France, la production de baies de goji est encore faible et il est difficile d’indiquer une valeur pour la superficie consacrée aux baies de goji. Toutefois, cette culture suscite un intérêt croissant dans l’ensemble du pays. Il n’y a pas de produits phytopharmaceutiques approuvés, mais il existe, comme pour d’autres cultures, des autorisations au titre d’utilisations mineures pour l’utilisation de certains produits phytopharmaceutiques. Cependant, étant donné l’intérêt croissant des consommateurs, où l’augmentation de la consommation de baies de goji est associée à un mode de vie sain, le choix de systèmes agricoles plus durables, tels que la production biologique, peut être une option de plus en plus intéressante. D’autre part, l’obtention d’une certification en production biologique ou intégrée apporte une valeur ajoutée, car les marchés du nord de l’Europe sont très sensibles, imposant parfois la certification comme condition à l’entrée des produits.
La culture de la