CASSISSIERS BIO

CASSISSIERS BIO : PLANTS DE CASSIS

Prix unitaire HT selon la quantité

Culture du cassissier biologique

Sol et terre

Le cassissier a une bonne résistance au froid.

Cependant, même s’il préfère les sols frais, le gel du printemps peut sérieusement endommager ses fleurs et ses boutons.

Voici quelques composantes essentielles concernant le sol et la terre nécessaire à l’épanouissement des plants de cassissiers bio :

🌱 Le sol doit être correctement doté en argile.

🌱 Le pH du sol doit être compris entre 6,2 et 7,5

Variétés de cassissiers

On compte de nombreuses variétés de cassis qu’il est possible de planter :

Cassisier Ribes Nigrum – cassissier noir de Bourgogne : très aromatique, c’est un must en raison de ses arômes et de sa belle couleur foncée. Ce sont des plants qui assurent une bonne productivité mais qu’il faut polliniser par Géant de Boskcoop et Andega

Géant de Boskcoop : le goût est moins intéressant que pour le noir de Bourgogne et sa production est moyenne.

Andega : variété autofertile au très bon parfum et à l’excellente productivité.

On peut aussi planter des cassissiers Blackdown ou Tenah dont le goût est très bon à maturité complète.

Plantation des cassissiers

Avant la plantation, il faudra préparer une fumure de redressement avec un fumier décomposé. La quantité à prévoir est d’environ 5 tonnes par 1 000 m².

Comme toujours, une analyse du sol permettra d’anticiper et de corriger un éventuel problème de potasse, zinc et bore (trois éléments sensibles pour le cassis).

On plante les cassissiers de novembre à mars.

Il faut compter un peu plus d’un mètre d’espace entre chaque plant et suffisamment d’espace pour le désherbage entre les lignes (au moins 2 mètres à 2,5 mètres pour être tranquille si le terrain le permet).

Paillage des cassissiers

Il est possible d’utiliser un paillage conforme aux règles de l’Agriculture Biologique.

Récoltes du cassis

Avant la récolte on s’assure que le fruit est de la bonne couleur et qu’il possède le bon taux de sucre. (exemple : 13,5 à 14 d’indice réfractométrique pour le cassissier noir de Bourgogne)

La récolte à lieu en juillet en milieu de mois (ou début juillet pour le Géant de Boskcoop).

La récolte se fait en un passage.

Rendement et gains

On estime qu’on peut planter environ 350 plants sur 1000 mètres carré de terrain.

💶 Le rendement sera d’environ 600 kg pour un gain espéré de 3 100 € (environ et en fonction du prix du cassis en vigueur).

Entretien et irrigation des cassissiers

Eau et irrigation

💦 De manière générale, l’irrigation doit être régulière sur tout le sol.

Afin d’avoir un bon apport en eau, on va privilégier le goutte-a-goutte, en particulier dans les régions du sud de la France ou l’irrigation est très importante à la survie du cassissier.

Désherbage du cassissier

En Agriculture Biologique, on va privilégier un désherbage manuel entre les plants.

Entre les lignes, un simple fauchage sera suffisant à condition de le faire régulièrement.

Taille

Le cassissier produit ses fruits sur les bois qui ont deux ans ainsi que sur le bois de l’année précédente.

Il convient donc de former 5 à 8 charpentières mais peu d’entretien est requis avant les 3 ans de la plante.

Informations sur la culture du cassissier

Les notions de base à propos du Cassis

Le cassissier est un arbuste qui atteint 1-2 m de haut. Les feuilles du cassis sont alternes, simples, larges de 3-5 cm et longues (pointes un peu aiguës, bords dentés), et palmées à cinq lobes. Les fleurs ont un diamètre de 4-6 mm, avec cinq pétales vertes rougeâtre à brunâtre ; elles sont produites en racèmes de 5-10 cm de long. Les tiges de renouvellement proviennent de la couronne ou du sol. Les cassissiers atteignent leur pleine maturité et leur rendement maximal qu’après environ quatre ans. La longévité des plants de cassissier est généralement de 15 à 30 ans, soit moins que la groseille rouge ou la groseille à maquereau.

Le cassis est bien connu pour ses petits fruits savoureux. Son nom scientifique « Ribes Nigrum » vient du mot danois « ribs » signifiant un cultivateur de groseilles, et « nigrum » qui signifie « noir » en latin, relatif à la couleur du fruit. Le cassis est cultivé depuis l’antiquité, mais ce n’est que vers 1960 que les agriculteurs ont commencé à cultiver le bourgeon pour la parfumerie. À l’origine, les bourgeons étaient vendus à des liquoristes pour renforcer le goût de la crème de cassis inventée en Bourgogne au 19ᵉ siècle.

L’une des principales formes de transformation du cassis est la confiture de cassis ou la gelée de cassis.

Comment s’effectue la pollinisation du cassissier ?

La plupart des variétés de cassis d’aujourd’hui sont autofertiles et sont pour la plupart cultivées sans pollinisateur. Cependant, le degré d’autofertilité est influencé par le climat et la variété. Les syrphes et autres insectes assurent également la pollinisation du cassis. Les fleurs de cassis attirent aussi les abeilles mellifères.

Quelles sont les maladies et ravageurs qui peuvent affecter le cassissier ?

Oïdium : le cassis et les variétés européennes de groseilles à maquereau sont particulièrement sensibles à l’oïdium. Afin de réduire les possibilités de cette maladie, prévoir un site avec une bonne circulation d’air. La lutte peut être obtenue en plantant des variétés de cassissiers résistantes à l’oïdium. Étant donné que les producteurs biologiques sont limités à des utilisations non chimiques, il est important qu’ils soient au courant des premiers signes d’infection par l’oïdium afin d’éliminer la propagation de la maladie. Au début de l’été, un champignon blanc poudreux apparaît sur les jeunes feuilles et les extrémités des branches et des nouvelles pousses. Le champignon peut s’étendre sur une grande partie de la plante et se rencontre souvent sur les groseilles à maquereau. Plus tard, la croissance poudreuse blanche devient brune et forme une couche de feutre sur les parties affectées. La croissance des pousses est souvent rabougrie, les pointes peuvent être tuées et les baies de cassis peuvent aussi être rabougries. Le champignon est disséminé par les spores. Les conditions chaudes et humides favorisent son développement. Afin d’empêcher l’infection de se propager, coupez les extrémités des pousses et des branches malades lors de la taille au début du printemps. Assurez-vous d’enlever les végétaux infectés du champ et de les brûler.

Quatre principaux insectes ravageurs peuvent attaquer le cassis : la pyrale du groseillier, les pucerons, la mouche du groseillier et les acariens, mais d’autres sont décrits ci-dessous.

Pyrale du groseillier : cet insecte peut causer de graves dommages au cassissier et, dans une certaine mesure, au groseillier à maquereau. L’adulte est un papillon à ailes claires dont la taille et l’apparence ressemblent à celles d’une mouche domestique mince. Les ailes ont des bandes noires et le corps a plusieurs bandes jaunes étroites. Les jeunes larves percent la moelle de la pousse et s’y nourrissent. Le printemps suivant, les pousses atteintes s’effeuillent souvent tardivement, sont malades et peuvent mourir. Lorsqu’une pousse blessée est coupée, on peut voir un trou sombre à l’endroit où la larve a creusé un tunnel dans la moelle. Les larves blanches jaunâtre, qui mesurent environ 12 mm (½ pouce) de long, peuvent également être présentes. Les symptômes d’une pyrale du groseillier comprennent un feuillage jaune au printemps qui est suivi d’un dépérissement des tiges. Lors de la taille, enlevez et détruisez les branches qui ont des fosses creuses et sombres. De plus, enlevez et détruisez toutes les branches mourantes ou malades pendant la saison de croissance. Suivre les pratiques de taille recommandées et ne pas laisser les pousses devenir trop vieilles. Faites pousser les plantes vigoureusement.


Cochenilles : les cassis et les groseilles à maquereau sont susceptibles d’être attaquées par plusieurs espèces de cochenilles. Les cochenilles sont de petits insectes de l’ordre des hémiptères. Les insectes sont des parasites communs des plantes et ont tendance à se nourrir de la sève tirée du système vasculaire du cassis. Les cochenilles attaquent le bois tendre du cassis et parfois les baies.
Pucerons : chez les cassissiers, ces petits ravageurs jaune verdâtre se nourrissent de sève et se situent dans la face intérieure des feuilles. Les feuilles infectées s’enroulent vers le bas et ont un aspect brûlé ou cloqué. En général, le cassis n’est pas aussi sensible que la groseille rouge, où les feuilles touchées peuvent mourir lorsqu’elles sont affaiblies.


Larves : les larves de tenthrède du groseillier sont des vers lisses verdâtres avec de nombreuses taches noires. La longueur des vers est d’environ 20 mm (3/4 de pouce) de long lorsqu’ils atteignent l’âge adulte. La tenthrède du groseillier est capable d’arracher le feuillage d’une plante et a tendance à se nourrir sur le bord des feuilles. Le meilleur signe d’infestation est de minuscules trous d’épingle que l’on peut voir à la surface supérieure des feuilles. Un à trois cycles de ce ravageur peuvent devenir évidents en mai et juin, période la plus propice à l’infestation. Lorsqu’on remarque des signes d’alimentation, habituellement au début de la saison, tuer tous les vers présents. L’application d’un savon insecticide est habituellement une méthode efficace de lutte au cours des premiers stades du développement larvaire.


Mouche des fruits du groseillier : la mouche adulte du groseillier sera visible vers le moment où les cassis sont en fleurs. Les baies de cassis en développement fournissent l’hôte pour que la femelle puisse pondre ses œufs. Les œufs de mouches des fruits se transforment en asticots qui se nourrissent à l’intérieur des baies. À la suite de cette infestation, de nombreuses baies de cassis mûrissent prématurément et tombent au sol avant la saison des récoltes. Chaque baie tombée contiendra une petite mouche blanche qui quittera la baie et passera l’hiver dans le sol.


Perce-oreilles : les perce-oreilles ont également posé un problème dans certaines plantations de cassis de l’Île-du-Prince-Édouard. Le perce-oreille commun est omnivore et mange d’autres insectes, plantes et fruits mûrs. Dans une large mesure, cette espèce est aussi un charognard qui se nourrit de matières végétales et animales en décomposition si on lui en donne la chance. Il existe plusieurs méthodes de lutte contre les perce-oreilles. Humidifiez des journaux enroulés et placez-les dans la zone de production le soir. En général, les perce-oreilles se nourrissent la nuit et cherchent un endroit humide et abrité pendant les journées chaudes et sèches. Le matin, vous pouvez rassembler un bon nombre pour l’élimination. Des boîtes peu profondes, telles que des boîtes de nourriture pour chats ou de thon, avec un peu d’huile végétale, peuvent également être placées autour des plantes comme pièges. Comme les perce-oreilles rampent, on peut placer du ruban adhésif autour de la base du buisson de cassis pour les attraper. La terre de diatomée (insecticide naturel, adéquat pour la culture du cassis bio) semble également les décourager et devrait être appliquée sur le sol et réappliquée, si nécessaire, en une semaine.

En outre, plusieurs semaines après la floraison, les cassissiers peuvent souffrir d’une chute prématurée des fruits. On pense que ce phénomène est dû à l’absence de nouaison ou à une pollinisation inefficace du fruit. Il y a un certain nombre de causes, y compris l’auto-incompatibilité, le manque de pollinisation (trop peu de pollinisateurs ou de mauvaises conditions de pollinisation), les niveaux de fertilité du sol, les virus, la mouche des groseilles, la sécheresse, l’humidité excessive, la botrytis, le gel ou une intolérance variétale au froid à une température dépassant 0°C.

Ou planter un cassissier ?

Le cassissier doit être planté dans un lieu ou il n’a pas de risque de gel au printemps lorsque l’arbre sera en fleur.
Effet, les fleurs et les bourgeons supportent très très mal le froid.

Quelle est la durée de vie d’un cassissier ? Est-ce qu’un cassissier vit longtemps ?

Un cassissier peut vivre de 20 à 30 ans.