Oignons Biologiques

Bulbes d'Oignons Biologiques

Variétés et prix

Commander vos Bulbes d'Oignons Bio

Informations sur les Bulbes d'oignons

Fiche technique : L'Oignon

L’ail (Allium sativum) appartient à la famille des Alliacées, tout comme les oignons, les échalotes et les poireaux. L’ail sec est produit majoritairement en production légumière de plein champ.

En premier lieu, il fait avoir conscience que le délai de rotation souhaitable est assez long : 6 ans minimum, 8 à 10 ans conseillés. Cette durée est valable pour les autres alliacées tels que l’échalote, le poireau, l’ail.

Les sols argilo-limoneux et profonds (profondeur du sol exploitable par les racines d’au moins 40 cm) sont préférés aux sols légers pour leur rétention en eau. Cependant, les sols battants sont à éviter afin de permettre une meilleure levée et un peuplement régulier. Les sols caillouteux ne sont pas recommandés car ils peuvent infliger des blessures à la récolte.

En préparation de sol, un labour de 20cm limite de manière optimisée la présence des adventices au semis.

Sur semis plus tardifs (entre fin avril et début mai), le faux-semis est conseillé pour une meilleure maîtrise du désherbage. En fonction de la date de semis, plus les faux-semis seront nombreux, plus efficace sera la désintégration d’adventices. Une préparation finale en surface (comprise entre 2 et 5 cm) sera réalisée juste avant le semis pour constituer le lit de semences.

Un large éventail d’engrais organiques fonctionne… Ils peuvent être apportés soit en fumure d’automne, soit en fumure de printemps. Un apport additionnel d’engrais azoté peut s’effectuer à l’implantation. A la période mars-avril, la minéralisation est lente et la disponibilité de l’azote sera progressive jusqu’au commencement de la bulbaison (c’est-à-dire au stade de 8 à 10 feuilles). Malgré cela, un excès d’azote sur cette durée sensibilise l’oignon au mildiou et au botrytis.

A partir de fin juin – début juillet, au moment de la bulbaison, on ne réalise ordinairement pas d’autre apport d’azote car la minéralisation est très forte. On évite ainsi les risques d’excès pouvant provoquer maladies au niveau des feuilles, ou alors baisse de fermeté des bulbes et donc une mauvaise conservation. Au contraire, la fumure potassique améliore la conservation. Les besoins intégraux de la culture sont estimés à 120 unités d’azote, 80 unités d’ acide phosphorique, 160 unités de potasse.

Les oignons, à la manière de ses collègues ail et échalotes, ne couvrent jamais assez convenablement le sol de sorte à faire face aux mauvaises herbes. Se rajoute à cela la période entre le semis et la réalisation des premiers binages, qui est assez longue et provoque un développement des adventices.

Une bonne combinaison des interventions (faux semis, thermique, binage mécanique) sera la seule solution pour limiter les 1 ou 2 désherbages à la main qui resteront nécessaires pour une bonne culture de l’oignon. Ces passages demandent une main-d’œuvre conséquente à hauteur de 150 heures par Ha de culture.

Le désherbage thermique permet de contrôler les premiers stades seulement de la culture, contrairement à la pratique de faux semis qui se fait avant implantation de la culture (mais qui n’est pas toujours possible).

  • Pour les oignons de semis : un traitement à la flamme sur la ligne peut être accompli en post-semis / pré-levée jusqu’au début de la levée. De la sortie de terre au stade 4 feuilles, les oignons sont sensibles à la chaleur. Toutefois, un brûlage est réalisable dès les stades 1ère feuille à 2ème feuilles, en direction du rang de plantation si les adventices ne sont pas trop étendues. Malgré la possible brûlure de la feuille, l’oignon repousse hâtivement.
  • Pour les oignons bulbilles : le brûlage ne pourra être réalisé en post-semis. Il faudra attendre le stade « pointe », lorsque les feuilles restent encore soudées entre elles. A partir de là, les oignons souffrent peu et repoussent très rapidement quand la feuille est atteinte.

S’il ne pleut pas, une contribution en eau est essentielle au semis pour obtenir une levée rapide et homogène (de 8-10mm). A partir du stade 6-7 feuilles, il faut absolument effectuer des ajouts en eau pour développer l’appareil foliaire. La période la plus délicate pour un stress hydrique se situe pendant la phase de grossissement du bulbe où la consommation est maximale. On peut conclure sur le fait que l’irrigation est proportionnelle au grossissement du bulbe.