Catégories des plants de patates douces

CATÉGORIES DES PLANTS DE PATATES DOUCES

TOUT SAVOIR SUR LA PATATE DOUCE

La patate douce, c’est quoi ?

Qu’est-ce qu’une patate douce ?

La patate douce (Ipomoea batatas L) est principalement utilisée comme aliment, c’est un légume racine du potager, mais n’est pas de la famille des pommes de terre. Les couleurs de peau peuvent varier du blanc, crème, jaune, orange, rose, rouge au violet. La couleur de la chair peut être blanche ou de différentes nuances de crème, jaune, orange ou même violet. Les variétés commercialement importantes signalées par le marché international sont des variétés à peau rouge et à chair blanche. La forme préférée est allongée. 
On peut la faire bouillir, cuire au four ou frire. Sous forme transformée, les tubercules peuvent être préparés de différentes façons (en conserve, congelé, déshydraté ou transformé en farine ou en amidon).
Pour les usages industriels, le tubercule est une source d’amidon, de glucose, de sirop, de vinaigre et d’alcool. Le tubercule et les plantes sont également une source d’alimentation animale. Les feuilles sont données au bétail sous forme de fourrage frais ou d’ensilage. Le feuillage de la patate douce est en effet très dense et rampant.

Pour les Anglais, la patate douce se nomme sweet potato tandis que pour les Espagnols son nom commun est batata.

Quelle variété de patate douce pour une culture en France ?

La variété la plus courante de patate douce est la susnommée Beauregard, elle est adéquate aux conditions culturales françaises.

Pré-production de la patate douce

La pré-production est la phase avant la plantation. Elle ne doit surtout pas être négligée et implique une réflexion importante sur ce qui précède la culture. Bien choisir le sol, étudier les conditions climatiques, préparer la terre… sont des étapes essentielles à prendre en compte pour assurer une croissance et un développement idéal à vos plants de patate douce. 

Le climat nécessaire à la patate douce

Quelle température pour la culture de la patate douce ?

La patate douce est une culture de temps chaud. Elle pousse mieux si les températures moyennes sont supérieures à 24 °C (75 °F), mais une température modérée (20-25°C) lui convient aussi.
Ne perdez pas de vue que le moindre coup de gel lui sera fatal. Ainsi, pensez notamment aux Saintes-Glaces (du 11 au 13 mai) pour la plantation. Autre solution : commencer à cultiver la patate douce dans un jardin d’intérieur.

Est-ce que la patate douce aime le soleil ?

La plante a besoin d’un ensoleillement abondant. Il n’est donc pas recommandé de planter des patates douces à l’ombre.

Combien d’eau la patate douce a-t-elle besoin ?

Les régions/zones adéquates seront celles avec des précipitations annuelles de 750 à 1500 mm par an. Bien que la culture puisse résister aux conditions de sécheresse, les rendements sont considérablement réduits si une période de sécheresse survient au cours des 6 premières semaines après la plantation.

Quelle irrigation pour les patates douces ?

Les fluctuations de l’approvisionnement en eau peuvent provoquer le développement de petites racines déformées. Ces fluctuations peuvent également causer des fissures de croissance. Or, ces défauts auront un impact sur la commercialisation des patates douces récoltées. C’est pour cela que la mise en place d’une irrigation régulière peut être intéressante. En revanche, une humidité excessive peut provoquer une croissance vigoureuse du feuillage et des racines allongées.

Deux types de systèmes d’irrigation sont recommandés : l’irrigation goutte à goutte et le mini-asperseur.

Une irrigation goutte à goutte pour mes patates douces ?

Pendant les périodes sèches, l’irrigation au goutte-à-goutte est importante pour le maintien des rendements et constitue un moyen efficace de fournir la quantité d’eau requise au moment opportun.

Des mini-asperseurs pour mes patates douces ?

Les mini-asperseurs sont une autre option pour fournir l’humidité nécessaire.
Bien qu’ils permettent une croissance plus vigoureuse des patates douces, il convient de noter que ce système permet une croissance plus importante des mauvaises herbes.

La meilleure façon de maintenir le taux d’humidité souhaité est de surveiller l’humidité du sol à l’aide de tensiomètres ; ces instruments fournissent une indication du moment et de la durée de l’arrosage. Les besoins en eau varient selon le type de sol et le stade de la culture. Les niveaux d’humidité sont particulièrement importants à partir de 10 semaines, car les tubercules commencent à grossir (gonflement). La fluctuation du taux d’humidité du sol au cours de cette étape réduira le rendement et causera le fendillement des racines.

Quel est le meilleur sol pour un bon rendement de patate douce ?

Les sols argileux, sablonneux ou limoneux bien drainés sont les meilleurs pour la production de patates douces. Mais les sols argileux lourds limitent le développement des racines de stockage (tubercules) en raison de leur compacité, tandis que les sols sablonneux favorisent la formation de longues racines cylindriques. La patate douce est principalement cultivée dans des sols acides, mais le pH d’un sol de 5,5-6,5 est optimal. Un pH élevé du sol (sol alcalin) favorise la venue de maladies : variole et gale dans la patate douce, alors qu’à pH faible (acide), la patate douce souffre de toxicité de l’aluminium.
Les sols riches en matière organique ne sont pas recommandés. Une forte teneur en matière organique conduit à un feuillage abondant et un faible développement des tubercules.

De plus, les champs à forte population de nématodes devraient également être évités. En général, les domaines qui n’ont pas été utilisés pour les patates douces dans les 2 aux 3 dernières années sont préférables.

Que faire si mon sol ne remplit pas les conditions précédentes ?

Si vous souhaitez obtenir des rendements élevés et que le pH de votre sol est bas, de la chaux devrait être incorporée afin d’augmenter le pH. 
Vous devrez également procéder à des analyses de sol pour déterminer la fertilité naturelle du site. L’interprétation des résultats devrait guider votre stratégie de gestion de la fertilité.

Comment bien préparer le sol ?

La patate douce est généralement plantée sur des billons ou des monticules. Les billons mesurent habituellement 75 à 90 cm de large et 30 à 45 cm de haut et les monticules 40 cm à la base et 20 à 30 cm de haut. Sur terrain plat, le terrain est préparé mécaniquement et sur terrain en pente, les arêtes sont réalisées manuellement le long des contours. Les plates-bandes labourées et hersées (bien travaillées) fournissent aux racines un sol meuble et friable afin qu’elles puissent atteindre leur taille et leur forme potentielles sans restriction.

Les avantages de planter vos plants de patate douce sur des billons et monticules sont :

  • Rendement supérieur et de meilleure qualité
  • Prévention de l’érosion des sol.
  • Production de tubercules plus grands
  • Moins de risque de déformation des tubercules
  • Récolte plus facile
  • Lutte antiparasitaire plus efficace

La plantation du plant de patate douce

Quand est-ce qu’on plante les patates douces ?

La  patate douce est cultivée en différé avec d’autres cultures saisonnières comme le maïs, etc. C’est pourquoi la patate douce est plantée et récoltée chaque mois dans l’une ou l’autre partie du monde suivant les conditions climatiques. En France, la période de plantation de la patate douce se situe ainsi d’avril à mai.

Quelle distance laissée entre les plants de patate douce ?

La distance entre les lignes est normalement de 95 cm. La séparation des plantes à l’intérieur de la ligne oscille entre 30 et 40 cm, ce qui suppose une densité qui varie entre 26.300 et 35.000  plantes/ha. La distance entre les plantes varie en fonction de la vigueur et de la précocité de la variété à cultiver. Les tubercules plus gros sont obtenus à de grandes distances.

L’entretien des plants de patates douces

Quel est le meilleur engrais pour la patate douce ? Comment faire grossir mes pieds de patate douce ?

Les patates douces ont besoin d’azote, de phosphore, de potassium et de petites quantités de bore, de calcium et de magnésium. L’azote (N) est nécessaire pour la croissance initiale de la plante mais l’excès d’application conduit à une croissance végétative abondante et induit une réduction de la formation des tubercules. Le potassium (K) est essentiel au développement des tubercules, tandis que le phosphore (P) est lié au rendement.
Le potassium est l’élément qui est la plupart du temps enlevés par la culture de patate douce. Les engrais complets (NPK) utilisés sur la culture devraient donc fournir des quantités adéquates de chacun d’entre eux, mais vous pouvez choisir un fertilisant NPK avec un surplus de potassium. L’engrais devrait être incorporé lors de la préparation du sol, puis lorsque les feuilles commencent à se dévoiler.

Quels sont les parasites/ennemis de la patate douce ?

En France, la patate douce n’a pas d’ennemis majeurs. Seuls quelques ravageurs (campagnols, …) peuvent faire quelques dégâts marginaux. 
Dans les pays chauds étrangers, les pertes importantes de rendement (qualité et quantité) sont attribuées principalement aux insectes. Plusieurs espèces d’insectes attaquent les feuilles, les tiges et les tubercules de la patate douce. Cependant, seul un petit nombre d’entre eux sont considérés comme économiquement dangereux et justifient une intervention intensive. Les principaux insectes ravageurs sont les charançons de la patate douce (Cylas formicarius, Euscepes postfasciatus), les vers blancs (Phyllophaga spp.), le doryphore de la patate douce (Typophorus nigritus viridicyaneus) et l’agrile de la tige (Megastes grandalis).

La récolte des patates douces

Quels sont les indices de maturité des patates douces, quand récolter les racines de patates douces ?

La culture est prête pour la récolte lorsque les feuilles jaunissent et commencent à tomber.

Dans les cas où il n’y a pas de signes externes visibles de maturité indiquant que la récolte devrait avoir lieu, les producteurs peuvent faire des contrôles réguliers de la taille des racines après 18 semaines.
La récolte doit se faire au bon moment. Si la récolte est effectuée trop tôt, les rendements peuvent être réduits. Cependant, si la culture est laissée trop longtemps dans le sol, les racines de stockage peuvent devenir sujettes à la pourriture et aux attaques de charançons.

Les patates douces sont normalement récoltées 3 à 8 mois après la plantation, selon le cultivar et les conditions climatiques.
La maturité peut également être déterminée en examinant le latex exsudé d’un tubercule coupé. Les tubercules immatures donnent un exsudat noir, tandis que celui d’un tubercule mature est blanc.

Quelle est la méthode manuelle pour récolter les patates douces ?

Les patates douces sont habituellement récoltées manuellement à l’aide d’une bêche ou mécaniquement à l’aide d’une arracheuse. Cependant, des dommages peuvent résulter d’une récolte mécanique.
Les feuillages sont coupés et une bêche ou tout autre outil de levage approprié doit être placé à plus de 30 cm de l’endroit où le feuillage est attaché aux tubercules. Les racines sont exposées en retournant le sol. Le feuillage peut ne pas se séparer facilement et les racines individuelles doivent être détachées à la main.

La méthode mécanique pour récolter les patates douces ?

Les billons de patates douces sont débarrassés du feuillage pour permettre à la moissonneuse d’y accéder facilement. La récolteuse se déplace lentement dans le champ et les patates douces sont ramenées à la surface le long de la crête. La peau de la patate douce est fine et délicate, donc facilement endommagée à la récolte. Les racines doivent être manipulées avec précaution et parcimonie. La récolte de patates douces doit être placée dans des caisses pour être transportée hors du champ.
N’utilisez pas de sacs car cela peut participer à l’accumulation d’organismes pathogènes.

Le rendement des patates douces

Combien de patates douces pourrais-je récolter par pied ?

Le rendement de vos plants de patate douce dépend du climat, de l’irrigation, ainsi que la variété (la Beauregard est particulièrement connu pour sa productivité). En général on retrouve entre 5 et 9 tubercules par pied de patate douce. Parfois, 20 patates sont recueillies sur un pied.

La post-production des patates douces

Que faire après avoir récolter les patates douces ?

La post-production comprend la récolte, la manutention, le séchage, l’emballage, l’entreposage, l’expédition, la vente en gros, la vente au détail et toute autres activités auxquels le produit est soumis. Il est à noter que le prix reçu pour les fruits et légumes est largement déterminé par la qualité à l’étalage marché. Par conséquent, la qualité à la récolte doit être maintenue par une manipulation, un emballage et des conditions d’entreposage appropriés.

Comment nettoyer les patates douces après les avoir déterrées ?

Les racines récoltées doivent être lavées à l’eau à l’aide d’une éponge pour éliminer toutes les particules de terre. Cette opération peut se faire à la main ou en machine à laver spécialisée. Pour éviter la détérioration, l’eau de lavage devrait contenir 15 cc par 4,5 l (160 oz liq/gal) d’eau de Javel commerciale. L’eau doit être changée lorsqu’elle semble sale ou après chaque 500 kg (1 100 lb) de patates douces. Une fois propres, les racines récoltées doivent être plongées dans une solution Mertec® 20S (500 ppm d’ingrédient actif TBZ) avant d’être laissées sécher toute la nuit. Les racines doivent être placées dans des caisses maintenues à température ambiante pendant 3 à 5 jours pour permettre le séchage des racines avant la sélection finale, l’emballage et l’expédition.

Comment classer/calibrer les patates douces ?

Les patates douces sont classées selon leur calibre (masse), 200 g (8 oz) étant le poids minimal d’acceptation. Les racines peuvent aussi être classées en fonction de leur forme.

Voici le classement classique du calibrage de patates douces :  

Grand : > 800 g (28 oz)

Moyen : 450 – 800 g (16 – 28 oz)

Petit : 200 – 450 g (8 – 16 oz)

Traiter mes patates douces après la récolte ?

L’utilisation de fongicides dans le traitement post-récolte des patates douces a été abandonnée pour des raisons de santé des consommateurs liés aux résidus chimiques.

Comment et où stocker mes patates douces ?

La pourriture des patates douces est étroitement liée aux dommages subis pendant la récolte et la manutention subséquente. Ceci peut être évité par un séchage rapide,  une manipulation soigneuse et une élimination des racines infectées avant l’entreposage. Les principaux agents pathogènes responsables de la pourriture sont : Ceratocystis fimbriata, Fusarium spp, Rhizopus spp, Botryodiplodia theobromae et Sclerotia rolfsii.

Comment emballer mes patates douces ?

Les patates douces sont emballées dans des cartons télescopiques (les mêmes que pour les bananes) d’une capacité de 18 kg (40 lb). Il faut tenir compte d’une perte de poids d’environ 4% lors de l’expédition. Les cartons doivent être correctement étiquetés pour inclure le nom de la culture (patate douce), ainsi que l’importateur et le fournisseur.

Comment organiser le transport de patates douces ?

Les patates douces peuvent être transportées par avion ou par bateau, par voie maritime jusqu’à 14 jours dans des conteneurs réfrigérés. Pendant l’expédition maritime, les températures de stockage sont de 12 – 13 °C (54 – 55°F). Des températures de stockage inférieures provoquent des meurtrissures. Des températures de stockage plus élevées entraîneront une augmentation de la décomposition, de la perte d’eau, voire une altération de l’eau.

Astuces pratiques générales pour la culture de patates douces :

  • Repérer les zones agricoles susceptibles d’être inondées, asséchées, glissantes (type de sol, pente de terrain, direction du vent) et éviter les au possible.
  • En cas de sécheresse, utilisez une bâche plastique pour recouvrir les plates-bandes et conserver l’humidité du sol. On peut aussi utiliser du paillis d’herbe, mais il faut s’assurer qu’il ne contient pas d’organismes nuisibles.
  • Établir des rangées et des barrières physiques (végétales et non végétales) pour retenir le sol dans les zones sujettes à l’érosion causée par le vent et/ou la pluie.
  • Avoir une idée des conditions météorologiques et des saisons ; déterminer les périodes sèches, les périodes pluvieuses, et adapter en fonction des dates de plantation/récolte de la variété de patate douce.