AILS BIO

Bulbes d'Ails Biologiques

Variétés et prix

Prix unitaire HT, selon la quantité

Commander vos Bulbes d'Ails Bio

Informations sur les Bulbes d'Ails

Fiche technique : L'Ail

L’ail (Allium sativum) appartient à la famille des Alliacées, tout comme les oignons, les échalotes et les poireaux. L’ail sec est produit majoritairement en production légumière de plein champ.

• Préférer les sols argilo-calcaires.
• Eviter les sols hydromorphes et les sols battants.
• Privilégier les parcelles irrigables facilement.

Les sols riches en matière organique sont à privilégier parce qu’ils retiennent mieux l’humidité et les éléments fertilisants. Les sols suffisamment chargés en matière organique sont également moins portés à se croûter et à se tasser. Les sols très lourds, en particulier quand ils viennent à manquer d’eau, provoquent le gonflement des bulbes qui prennent un aspect rugueux et une forme irrégulière…

L’ail est une plante vivace qui a besoin d’une période froide pour que le processus de croissance se déclenche. On recommande de planter l’ail à l’automne, mais il est tout de même possible de le faire au printemps. Conserver les caïeux de semences dans un endroit frais afin que le bulbe puisse bien se développer.

L’ail ne doit pas être planté ni trop tôt ni trop tard à l’automne. La profondeur de plantation est également cruciale. Si l’ail est planté trop tôt ou à une profondeur insuffisante, le risque est de voir les tiges sortir du sol et subir des dommages hivernaux. S’il est planté trop tard, il se peut que les systèmes racinaires des caïeux se développent mal, ce qui affectera leur rusticité. Il est aussi important de planter les caïeux en plaçant la partie pointue en direction du ciel. Les caïeux plantés à l’envers se développeront malgré tout, mais les tiges seront recourbées et les bulbes mal formés.

Un arrosage de 25-30 mm en période automnale sèche est parfois nécessaire pour favoriser la levée et limiter la pourriture verte (penicillium). En année pluvieuse, les arrosages sont inutiles car les besoins sont subvenus par les précipitations. En année moyenne, les besoins réels se ramènent à quelques centaines de m3 à apporter en mai début juin soit 2 à 3 interventions. Attention de ne pas apporter trop d’eau (pas plus de 10-15 mm) en juin : cela peut causer le noircissement des tuniques et l’éclatement des bulbes.

Le moment le plus propice pour l’irrigation se situe en matinée, ce qui laisse au feuillage le temps de sécher avant la tombée de la nuit et limite la perte par évaporation.

L’ail résiste mal à la cohabitation forcée des mauvaises herbes. Il est donc obligatoire de désherber les plantations d’ail par au moins une de ses solutions :

  • Technique de faux semis à la plantation : c’est la solution avec le plus de chances de réussite (il est conseillé de retarder la plantation pour favoriser les levées automnales d’adventices).
  • Technique de la herse étrille : ne pas hésiter à multiplier les passages de herse étrille au fur et à mesure de la levée des adventices après plantation et avant la levée de la culture. Après la levée de l’ail, attendre le stade 2 feuilles pour reprendre les étrillages jusqu’au stade 5-7 feuilles.
  • Technique du désherbage thermique : Réalisable à partir de 3 feuilles jusqu’au stade 5-6 feuilles. Au-delà, il est fortement conseillé de protéger les plantes d’ail avec les plaques.
  • Technique du binage : Nécessite une fraise rotative (à tous les stades) ou avec une bineuse à étoile (au stade de jeune plante) ou avec une bineuse à doigt (au stade de plantule) ou bien manuellement.

Concernant l’ail d’automne et de printemps, il est considéré comme mûr lorsque les 2/3 du feuillage sont secs.

Stade de récolte = Poids des bulbes/Poids des feuilles (avec un échantillon d’au moins 25 plantes)

Si ce rapport est supérieur à 1.6-1.8, le stade de maturité est atteint.

  • Méthode de récolte manuelle : l’ail est soulevé à l’aide d’une bineuse ou de dents, il est ensuite mis en gerbes ou paquets. Après 5 à 6 jours de séchage en champ, il est mis en bottes qui sont suspendues sous un hangar ou dans un séchoir à ventilation dynamique.
  • Méthode de récolte mécanique : suivant les récolteuses, l’ail est soulevé, arraché, mis en gerbes ou en paquets ou équeuté pour ensuite être séché. Les rendements moyens d’ail d’automne vont de 3 à 4 tonnes/ha.

Il faut faire sécher l’ail dès qu’il est récolté. Le séchage des bulbes permet d’allonger leur durée de conservation en réduisant les diverses infections ainsi que la perte d’humidité. Vous pouvez laisser l’ail récolté dans le champ pour le faire sécher durant quelques jours (à condition qu’il y ai du soleil), ou le retirer du champ et le faire sécher en entrepôt. La conservation peut se réaliser a chaud ( 15°C – 20°C) ou à froid (4°C – -1°C). L’important est de stocker sa récolte dans un lieu le plus sec possible (humidité relative à 70 %).